Art & Culture

Du lard à l’art

Voyage initiatique de la culture de supermarché vers la CULture, la vraie 

(ndlr : celle avec un grand CUL)


Comme tout petit aristocrate ou rejeton béni de la bourgeoisie autochtone des métropoles urbaines d’Afrique, j’ai eu CFi avant les autres et surtout, j’ai voyagé. Avant, c’était indispensable pour connaître le monde et surtout pour pouvoir reconnaître des expressions cryptées dans les conversations d’adultes, des petites allusions subtiles dans les films et bien évidemment, pour opprimer les copains à l’école, à manger des goûters et parler de choses dont ils n’ont jamais entendu parler. Oui, c’était ça la culture.

 Puis un jour, il a fallu m’expatrier, comme mon père, et son père avant lui, pour poursuivre mes études en Europe. Et comme mes parents savaient mieux que moi ce que je voulais faire plus tard, j’ai découvert que j’étudierais l’Histoire de l’Art. Dans ces milieux-là, les parents savent toujours tout pour tout le monde.

J’ai vite appris à mon arrivée en France qu’il y a 7 arts : l’architecture, la sculpture, la peinture, la danse, la musique, la littérature et le cinéma. Oui, ce n’était pas par originalité que le Cinéma Le Wouri se faisait appeler “le temple du septième art”… De mortuis aut bene aut nihil (ndlr: Des morts, on ne dit que du bien ou on se tait). Aussi vais-je garder le silence au sujet du Cinéma Le Wouri.

Cinéma le Wouri Douala
Cinéma le Wouri (c) Photos Natila

Faisons un petit état des lieux de ma culture de supermarché au moment où, à 14 ans déjà, je quitte mon Afrique.

Architecture

Avant que les nouveaux riches n’aient surchargé le paysage de frontons et de colonnes ioniques pour les moins riches et doriques pour les autres, on avait tous des maisons rectangulaires aux formes géométriques simples : le modèle SIC, adaptation post-coloniale du style Le Corbusier, bien connu pour son approche simplifiée et non moins efficace de l’architecture des HLM. Autant dire que mes connaissances en architecture étaient à la hauteur de mes dessins d’enfant : rectangle + porte centrale + fenêtres symétriques en façade. On était plus dans l’ouvrage que dans l’art.

Sculpture

Aaaaah… le Marché des Fleurs! Au moins, je savais des choses sur l’art de tailler le bois! Enfin, je savais que chacun essayait au mieux de reproduire le réel, la nature, les courbes féminines, pour produire des accessoires déco joliment utilitaires pour expatriés avides d’exotisme. Rien de bien original, on était dans l’artisanat en fait…

Peinture

Qui ne connaît pas SMALTO ou La Seigneurerie? Mais il ne s’agissait pas de ça. Ni même des aquarelles ou gouaches que certains petits bourgeois ont eu à apprendre pour se distinguer des autres enfants qui se limitaient au coloriage. Il s’agissait bien de cette dame que nous retrouvions au coin de tous les salons, avec son visage pâle et son sourire qui n’en était pas : Mona Lisa, ou La Joconde. Je la connaissais, je l’ai eue dans mon salon!

La Joconde - Leonard De Vinci
La Joconde – Leonard De Vinci

Danse

Bon, on ne va pas en parler pendant 15 ans : on m’appelait “le danseur de la maison”. De Michael Jackson à Prince Ndedi Eyango (j’ai presque co-écrit la choré de “You must calculer”!), la danse c’était mon dada. Pas besoin de connaître Serge de Diaghilev et les Ballets Russes! Entre rap, break dance, benskin, bikutsi et makossa, j’étais prêt à leur parler de danse. J’ai appris plus tard que tout ça n’était pas au programme des cours… Ooops.

 Musique

Là au moins, j’en connaissais un rayon…de supermarché. Né d’une boulimique de variété française, je connaissais toute la discographie de Claude François et des autres “cheveux brushés” de son époque. Bon, je découvris plus tard que ni eux, ni R. Kelly n’étaient au programme des cours. Dur dur…

Littérature

Premier cours de littérature.

  • “Qui a lu plus de 10 pendant les 3 mois de vacances?” Demanda le professeur.
  • “Moi”, répondit une vingtaine d’élèves, bras levés, visages roses de fierté.

Nous étions 35 en classe. Et je n’avais lu que 3 “oeuvres au programme”, des 12 derniers mois : “Trois prétendants, un mari”, “Le Bourgeois Gentilhomme” et… une troisième!

Je n’avais AUCUNE culture littéraire. Nous sommes encore trop nombreux dans l’Afrique urbaine à ne pas lire, c’est dommage.

"La Chute" Albert Camus
« La Chute » Albert Camus

 Cinéma

J’ai dit plus haut que je ne parlerai pas du Cinéma Le Wouri, seul instrument de culture cinématographique de ma génération avec l’Abbia, Le Bonapriso, le Fohato, l’Eden, Le Palmier et les autres. Bien évidemment, aucun film chinois ou hindou n’était au programme, pas plus que “Piège en Haute Mer”, “Les nuits avec mon ennemi”, “Terminator”, “Pretty Woman” ou “Bodyguard”.

Heureusement pour moi, mon père avait l’une des premières vidéothèques de la ville, ce qui m’a permis de reconnaître des classiques comme “Le Pont de la Riviere Kwaî”, “La Route de l’Ouest”, “Le Quai des Brumes”, et des noms comme Garbo, Gabin,  Godart, Chabrol ou Truffaut. J’avais un culture cinématographique malgré moi, merci papa. J’avoue que j’aimais surtout Rambo hein…

Le Quai des Brumes - Michèle Morgan et Jean Gabin
Le Quai des Brumes – Michèle Morgan et Jean Gabin

Voilà. Beaucoup reconnaîtront leur niveau actuel, mais je vous rassure CE N’EST PAS GRAVE! On va construire ensemble votre répertoire de culture artistique; ça aide à innover, à se connecter aux générations précédentes, et à s’inscrire dans le livre de ceux qui connaissent et entretiennent le patrimoine culturel mondial.

Avis aux petits afrocentriques, quand vous serez plus cultivés, vous apprendrez avec fierté que le Maître Pablo Picasso révèle son génie après sa rencontre avec les “Arts Primitifs” venus d’Afrique pour l’Exposition Universelle de 1900.

 Le voyage initiatique commence maintenant!

Publicités

10 réflexions au sujet de « Du lard à l’art »

  1. Trés beau texte. J’apprécie cette sincérité des souvenirs qui me permet de me mettre à la place de qui a vécu une autre histoire. Mais beaucoup de jeunes français sont ou ont été dans la même situation culturelle. Cela nous crée des « passés » qui nourrissent nos affinités. Bravo et Bonne année 2015.

    J'aime

  2. « Avis aux petits afrocentriques, quand vous serez plus cultivés, vous apprendrez avec fierté que le Maître Pablo Picasso révèle son génie après sa rencontre avec les “Arts Primitifs” venus d’Afrique ». A nti!! Fusillade à bout portant consala? kr kr kr.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s