Tendances

Non, je ne tousse pas. Pourquoi?

C’est l’une des phrases les plus courantes qu’on entend en ce moment quand on lève les yeux vers quelqu’un qui vient de tousser. Mais pourquoi les gens préfèrent ils croire qu’ils ne toussent pas?

Qui?? MOI???!!

Parce que de toute évidence, tousser, c’est mal

La télé, la radio, internet, l’OMS, le Ministère de la santé de notre pays (et ceux de beaucoup d’autres pays dans le monde), M. Macron et Donald Trump ont TOUS dit que le premier symptôme du COVID-19 c’est une toux sèche.

Et comme personne ne veut avoir la maladie, on nie le moindre signe qui pourrait faire croire qu’on serait infecté. C’est plus facile de tousser, de se convaincre qu’on n’a pas toussé et de continuer sa vie, que de s’arrêter une seconde pour se dire « et si cette petite toux n’était pas anodine? Je vais regarder un peu si je fais aussi de la fièvre ».

Mais il faut croire que sous nos cieux, le déni est un sport national: si en haut-lieu, il y a plus de guéris que de malades, dans la rue personne n’est malade!

Parce que seule la toux des riches peut (les) tuer

C’est bien connu: dans es quartiers des gens normaux, où la poussière fait partie des épices qu’on aime retrouver sur les brochettes vendues dans la rue à l’air libre, la toux c’est juste une toux, la fièvre c’est juste une fièvre et le Covid19 c’est pour les blancs et les riches camerounais! C’est vrai que quand tu regardes bien sur Facebook, seuls les parents ou amis des riches meurent de ça hein… Dans les quartiers à forte densité, quand tu meurs après une toux sèche, une fièvre et je ne sais quoi d’autre, c’est toujours la faute d’un oncle que tu as « mal regardé » récemment, ou bien c’est Dieu qui t’a puni parce que tu ne partageais pas ta réussite.

C’est vrai, sur les réseaux sociaux, on ne voit pas les morts des quartiers pauvres… vu qu’on ne les teste pas, vu s’ils meurent tous de vieillesse ou de sorcellerie, vu qu’ils ne peuvent pas attraper le Covid19 et surtout – mais il ne faut pas le dire trop fort – vu qu’ils ne sont pas sur Facebook.

Il n’y a aucune honte en vrai a être infecté, car le Covid-19 n’est pas le genre de maladie honteuse qui dit aux gens comment on l’a attrapée. Petite pensée tendre à l’endroit des maladies prétendument immorales comme la syphilis, la chaude pisse, le sida et les autres maladies étiquetées comme « sexuellement transmissibles ». Je me souviens de cette dame de plus de 75 ans décédée suite à une infection au VIH. Personne n’osait dire de quoi elle est morte, puisque la seule evocation du virus projetait dans les esprits embués par l’ignorance l’image interdite de l’ainée en plein ébat…

Revenons sur la toux, devenue honteuse, voire criminelle.

Devenu obligatoire au Cameroun et dans beaucoup d’autres pays du monde, le port du masque est le nouveau truc à la mode. De la muselière de marque au foulard des Frères Dalton, on voit de tout.

Parce que… de toute façon, je porte un masque!

Nous voici donc invités par une bien funeste couronne au bal masqué des vivants de l’heure, où ni le sourire, ni les traits fins ne garantissent les faveurs du prince, où nul ne danse mais auquel tous participent.

On y trouve de tout, vraiment: du cache-nez qui ne cache pas la bouche, au cache-bouche qui ne cache pas le nez. C’est à se demander si le but est simplement de porter un masque au niveau du visage ou de se protéger d’une éventuelle menace virale… il y a aussi le cache-menton qui ne protège rien et ne protège de rien. C’est le « default mode » de nombreux utilisateurs, celui qu’on a quand aucun intégriste sanitaire ne nous fait de remarque.

Dans un autre registre, on retrouve aussi, notamment chez les hommes politiques, le cache-vérités, qui protège probablement plus la conscience de l’autruche que les voies respiratoires…

Il y a bien évidemment quelques alternatives comme le serre-tête, qu’on remonte sur dessus du crâne, comme pour l’avoir « sous le coude » et qu’on oublie aussi vite qu’on l’enfile, ou encore le cache-nez recyclé, très en vue dans les milieux artistiques et les lieux à fort taux d’ébriété.

Bon, je vous passe les exemples nombreux de cache-sexe portés sur le visage (oui oui > un boxer reconditionné), je crois que les dernières perles en la matière, selon moi, sont les masques mystiques.

De toute evidence, des masques il y en a à la pelle et ils se vendent à tous les coins de rue, comme des petits pains, à la différence qu’on ne goûte pas le pain avant de l’acheter. Oui, vous avez bien compris: dans certains endroits, parfois, on essaie les masques lavables en tissu avant de les acheter. Ô ignorance, suspends ton vol!

Pendant ce temps, vêtu lui aussi du masque de visages familiers, à la ville comme à la campagne, le mal rode.

A défaut de sortir couverts, sortons masqués ou restons chez nous!

Voilà

Une réflexion au sujet de « Non, je ne tousse pas. Pourquoi? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s